Je tiens déjà à vous dire :

On a tous des centaines de blocages !

Comment se créent nos blocages émotionnels ?

Les blocages émotionnels, ou mémoires émotionnelles, proviennent pour la plupart de la petite enfance, voire même in utero. Car le bébé est connecté en permanence avec ce que vit sa maman.

Les blocages émotionnels s’ancrent dans notre cerveau alors qu’il n’est pas encore très développé.

En effet, la zone du cerveau qui permet de relativiser, le néocortex ou cortex préfrontal, ne devient opérationnel que vers l’âge de 10-12 ans.

Avant cet âge-là, ce sont principalement les cerveaux émotionnel (limbique) et archaïque (reptilien) qui sont aux commandes.

La moindre situation émotionnellement difficile peut alors entraîner la création d’un blocage dans le cerveau.

Et ce n’est pas la situation qui crée le blocage, mais comment celle-ci est vécu par l’enfant.

Blocage qui pourra alors nous suivre à l’âge adulte (si rien n’est fait pour s’en libérer)

Exemple ?

Un enfant à qui on dira (peu de fois suffisent) qu’il est nul ou qu’il est un bon à rien, à l’âge adulte n’aura que peu de confiance en lui. Et ne comprendra pas pourquoi il ne réussit pas trouver le job de ses rêves ou tout simplement créer des relations harmonieuses avec les autres.

 

Un blocage émotionnel est donc un conditionnement qui nous empêchent de révéler notre vraie nature.

 

Quand je reçois des personnes en séance de PBA dans mon cabinet, il y a des blocages qui reviennent souvent. Voici les 7 principaux blocages émotionnels (on parle aussi de mémoires émotionnelles)

Une fois trouvé en séance, vous pouvez vous en libérer définitivement et en douceur grâce à la psycho-bio-acupressure.

1. Le blocage d’abandon

Les personnes croient souvent qu’elles sont les seules à avoir la peur de l’abandon. Il n’en est rien ! C’est un blocage émotionnel courant.

Cela explique pourquoi des fois on se sent seul à l’intérieur alors que l’on est entouré de personnes.

Cette mémoire émotionnelle implique aussi des difficultés dans sa vie affective.

La libération de ce blocage permettra d’éviter ce sentiment de solitude désagréable.

2. Le blocage de rejet

Autre « best-seller » : la peur de se faire rejeter par l’autre.

Le blocage émotionnel de rejet ou d’exclusion fait qu’on se sent parfois à l’écart ou décalé dans les groupes.

Ce qui amène parfois à vouloir se mettre en avant, à prendre trop de place dans le groupe. Alors que ce n’est pas dans notre vraie nature.

3. Le blocage de non-reconnaissance

Etant enfant, aviez-vous parfois l’impression qu’on ne faisait pas suffisamment attention à vous ?

Si oui, il y a des grandes chances que vous ayez ancré une mémoire de non-reconnaissance.

L’impact ?

Vous allez agir en cherchant inconsciemment la reconnaissance chez les autres. Et ça va se sentir !

En se libérant de ce blocage, vous allez enfin agir pour vous-même.

4. Le blocage de dévalorisation

Aussi très répandu, ce blocage fait que l’on a une petite voix sournoise dans notre tête qui n’arrête pas de dire des phrases du genre « tu es nulle, tu vaux rien, tu es bête… »

Pas vraiment idéal pour se construire une confiance en soi solide.

Chasser cette mémoire émotionnelle permettra d’arrêter de se dévaloriser. Pour commencer enfin à se rappeler que chacun peut avoir confiance en lui !

5. Le blocage d’injustice

Jeanne d’Arc avait probablement ce blocage émotionnel. Malheureusement la PBA n’existait pas encore et cela s’est mal fini pour elle.

Êtes-vous sensible à l’injustice ?

Ce blocage fait que vous pourriez voir de l’injustice autour de vous alors qu’il n’y en a pas forcément.

Et alors partir en croisade pour rétablir la justice… en y laissant de nombreuses plumes.

6. La culpabilité d’exister

Combien de grossesses votre mère a-t-elle eu avant vous ? A-t-elle fait une fausse couche avant votre venue ?

Quand un embryon commence à se développer dans l’utérus, il sent si « quelqu’un » a déjà pris la place. Il peut alors se sentir illégitime d’être là.

D’où un sentiment ensuite pour l’enfant ou l’adulte de non légitimité « Je ne mérite pas de…. »

Ce blocage provoque aussi de l’auto-sabotage ou l’art de se faire des croche-pieds à soi-même.

7. La crainte d’être agressé

Ce blocage peut s’ancrer dans le cerveau à de multiples reprises.

Avant même la naissance, si la maman a des contractions très fortes, le bébé peut ressentir cela comme une agression. Et en grandissant développer une peur de se faire agresser.

La personne adoptera alors un tempérament sur la défensive. Elle partira souvent au quart de tour et prendra les choses personnellement.

La libération de cette mémoire va aider la personne à se sentir plus confiante.

Et vous ?

Vous êtes-vous reconnu dans certaines descriptions des blocages ?

Sachez que tous ces blocages émotionnels peuvent être libérés en douceur.

Souvent dès la première séance de Psycho-Bio-Acupressure.

Envie d’essayer ?

Pin It on Pinterest

Share This